Le décès de Caïd Essebsi, une perte pour la Tunisie, l'Algérie et tous les épris de paix

Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah a affirmé, samedi à Tunis, que le décès du président tunisien, Béji Caïd Essebsi était une perte pour la Tunisie, l'Algérie et tous les épris de paix dans le monde entier.

La disparition de Caïd Essebsi "n'est pas uniquement une perte pour sa famille et la Tunisie, mais également pour l'Algérie, le Monde arabe et tous les épris de paix dans le monde entier", a soutenu M. Bensalah dans une oraison funèbre, prononcée aux obsèques du défunt.

Rappelant, par ailleurs, les positions du regretté vis-à-vis de l'Algérie et de la Cause nationale algérienne, le chef de l'Etat a dit: "nous l'avons connu en des jours éprouvants et difficiles, lors desquels il est resté à nos côtés et a soutenu notre cause. Nous l'avons, également, connu après l'indépendance, comptant parmi les premiers artisans ayant contribué à l'édification et à la valorisation des relations entre nos deux pays".

Bensalah a salué, en outre, les positions du défunt dans la "défense du droit et de la justice", ainsi que ses réalisations et ses efforts pour l'édification de sa patrie, exprimant son souhait de voir le peuple tunisien surmonter cette "épreuve" notamment dans cette conjoncture particulière et sensible que vit la Tunisie".

Le chef de l'Etat a assisté aux obsèques du président tunisien, Béji Caïd Essebsi, décédé jeudi dernier à l'âge de 92 ans.