Ministre de la Communication, Porte-parole du Gouvernement:"Les services de sécurité n'ont jamais été instruits de réprimer les marches"

Le ministre de la Communication et Porte-parole du Gouvernement, Hassane Rabehi a affirmé, ce mercredi 17 avril 2019, que les services de sécurité "n'ont reçu aucune instruction" de réprimer les marches populaires appelant au changement et à la rupture avec le régime en place.

"J'atteste que les services de sécurité n'ont reçu aucune instruction de la part du gouvernement ni des cercles dirigeants, à l'effet de réprimer les marches", a souligné M. Rabehi lors d'une conférence de presse animée à l'issue de la réunion du conseil de Gouvernement, en réponse à une question relative à "la répression" des marches populaires et à un mauvais traitement qu'auraient subi, dans un centre de police, des citoyennes ayant participé à ces marches.

"Nous avons des services de sécurité et une Armée républicaine qui ne se donneront jamais le droit ou la liberté d'utiliser la force contre les citoyens", a-t-il poursuivi, saluant ces marches exprimant "l'amour de l'Algérie.

Dans le même sillage, le Porte-parole du gouvernement a démenti "une quelconque forme de musèlement de l'opposition", précisant que "les médias publics n'ont jamais été instruits dans ce sens, et demeurent ouverts à tous, pour peu que soit respectés l'intérêt suprême du pays et le citoyen".

Evoquant le discours du Général de corps d'Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'Etat-major de l'Armée nationale populaire (ANP), dans lequel il avait appelé à poursuivre les individus impliqués dans des affaires de corruption et de dilapidation des deniers publics, M. Rabehi a qualifié ce discours de "décisif", estimant qu'il (le Général de corps d'armée) "avait certainement des informations sur la base desquelles il a parlé de ce dossier, sans omettre le rôle de la Justice dans le traitement de ce genre d'affaires".

A une question sur des ministres empêchés par les citoyens d'effectuer des visites dans certaines wilayas, le ministre a relevé "un nombre de contestataires non représentatif des populations de ces wilayas", appelant, face à "ces manipulations, tout un chacun, notamment les médias, à la sensibilisation à l'impératif de préserver l'intérêt suprême du pays".

Rappelant, dans ce cadre, que les membres de l'actuel gouvernement "sont les enfants du peule", M. Rabehi a expliqué que "ce staff est là pour gérer les affaires courantes et veiller au parachèvement des projets lancés au service du citoyen".