Message du Président Bouteflika à l'occasion de la journée nationale du Moudjahid

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adressé dimanche un message à l'occasion de la journée nationale du Moudjahid, lu en son nom à Tébessa par le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni. En voici la traduction APS:

"Mesdames, Messieurs

En cette journée historique, l'Algérie commémore la journée du Moudjahid en reconnaissance aux artisans de l'indépendance de notre chère patrie et de l'affranchissement de notre valeureux peuple et en célébration des honorables stations historiques de la glorieuse Révolution de Novembre.

En cette date commémorative, je tiens d'abord à adresser mes salutations fraternelles et profondément respectueuses à l'ensemble de mes compagnons Moudjahidine et Moudjahidate en leur souhaitant bonne santé pour continuer à être témoins de la persévérance de l'Algérie sur la voie de la construction et de l'édification.

Je saisis également cette occasion pour me recueillir à la mémoire des Moudjahidine et Moudjahidate qui nous quittent, malheureusement, les uns après les autres, et ce, après avoir contribué à la libération de l'Algérie et à la reconstruction de son Etat altier.

De même que je tiens à adresser mes salutations fraternelles aux membres de l'Organisation nationale des Moudjahidine, mes compagnons d'armes, en souhaitant à leur auguste organisation davantage de réalisations au service de la mémoire de la glorieuse Révolution de Novembre et de la défense de l'histoire de l'Algérie combattante.

Mesdames, Messieurs

La date du 20 août coïncide également avec l'anniversaire de mémorables évènements historiques, à commencer par l'Intifada de notre vaillant peuple dans le Nord constantinois, qui par les sacrifices qu'il a consentis, a confirmé que la Révolution du 1er Novembre 1954 était véritablement la révolution de tout un peuple, un peuple résolu à libérer sa terre, un peuple dont l'Armée de libération nationale a été le solide bouclier pour briser les chaines du colonialisme.

Oui, mesdames et messieurs, l'Intifada du 20 août 1955 a été une admirable fusion entre nos vaillants Moudjahidine et nos valeureux citoyens, une fusion qui a terrifié l'implacable colonisateur. Ce sursaut a été également une preuve supplémentaire de la détermination de notre peuple à payer le prix fort pour le recouvrement de sa liberté.

Face à ce nouveau sursaut de notre brave peuple et à la bataille courageuse menée par notre Armée de libération nationale le 20 août 1955, le colonisateur s'est livré à une sanglante répression sans précédent, en utilisant toutes sortes d'armes par voie terrestre, aérienne et maritime. Une répression qui a atteint sa plus horrible manifestation avec le massacre dont a été le théâtre le stade de Skikda qui a vu le génocide de plus de 10.000 civils sans défense.

 

En commémorant cet anniversaire aujourd'hui que l'Algérie est indépendante, le devoir nous impose de nous recueillir avec déférence et respect à la mémoire de ces milliers, voire ces dizaines de milliers d'Algériens et d'Algériennes tombés en martyrs dans le Nord constantinois en priant Le Tout-Puissant de les rétribuer et de les accueillir en son vaste paradis.

Mesdames, Messieurs,

Durant la lutte armée et à un moment crucial de la glorieuse Révolution de Novembre, le Commandement de l'Armée de libération nationale a décidé de la tenue du congrès de la Soummam le 20 août 1956. Un congrès qui a réuni l'élite des dirigeants de notre révolution armée qui ont arrêté une charte traçant la route de notre révolution jusqu'à la victoire et mis en place une solide organisation de notre lutte armée et une structure politique permanente, venue en appui au bouclier politique de la glorieuse Révolution de Novembre, j'entends le Front de libération national.

En effet, l'organisation militaire adoptée par le Congrès de la Soummam a permis de donner un souffle nouveau et fort à l'Armée de libération nationale qui a ainsi renforcé sa présence sur le terrain et resserré l'étau sur l'armée coloniale.

La vaillante Armée de libération nationale, soutenue par le peuple dans son ensemble y compris sa communauté à l'étranger, avait contraint l'odieuse armée coloniale à acheminer plusieurs convois militaires vers notre pays pour maintenir sa présence dans une tentative désespérée fatalement vouée à l'échec.

Ainsi l'indépendance de l'Algérie a été acquise au prix de sacrifices d'un million et demi de Chahid et non sans une destruction barbare dont le point noir a été la sinistre armée sécrète de colons haineux qui ont déversé leur fiel sur les civils sans distinction entre grands et petits, ni hommes et femmes.

 

 Mesdames, Messieurs,

Certes, aujourd'hui nous jouissons des bienfaits de la liberté et de l'indépendance et des fruits du processus de construction et d'édification, engagé par notre vaillant peuple depuis plus de cinq décennies, un processus qui a enregistré un bond qualitatif et quantitatif les deux dernières décennies, et vous en êtes témoins, à travers tout le pays de son extrême sud à sa façade maritime et d'Est en Ouest.

Cependant, la liberté et l'indépendance, la construction et l'édification sont des acquis et des enjeux qui requièrent la mobilisation permanente, l'effort intarissable et même le sacrifice au service de la partie.

Vous connaissez l'ampleur des défis qui continuent à se poser à nous pour satisfaire tous les besoins sociaux de notre peuple et pour construire une économie forte et moins dépendante aux hydrocarbures.

 

Vous êtes témoins des conflits qui déstabilisent notre monde contemporain et particulièrement notre nation arabe, et bafouent les droits économiques des peuples.

 

Oui, le droit à la liberté, à l'indépendance ainsi que le droit des peuples à vivre dans la stabilité et la sérénité sont devenus malheureusement une chose rare dans le monde arabe en raison des conflits et des crises épuisants pour nos potentialités, des conflits qui nous éloignent du devoir sacré qu'est la libération de la Palestine, la première des deux Qiblas et le troisième Lieu saint de l'Islam.

Pour notre chère Algérie, ces crises extérieures qui se jouent à nos frontières sont porteuses de dangers du terrorisme abject et des réseaux du crime organisé, deux fléaux désormais transfrontaliers.

Face à ces défis et à ces dangers, je vous exhorte, enfants de notre chère patrie, à suivre les pas de nos glorieux Moudjahidine et valeureux Chouhada, à vous mobiliser pour la poursuite de l'édification et la mutualisation de toutes les potentialités de notre pays et à renforcer l'édifice d'un front populaire solide afin de garantir la stabilité de l'Algérie et sa résistance face à toutes les manœuvres internes et menaces externes.

Nous avons renoué avec la stabilité, la sécurité et la sérénité au prix de lourds sacrifices durant la tragédie nationale, d'où le devoir de préserver ces acquis qui sont le socle essentiel et indispensable au parachèvement de notre projet socioéconomique.

Par ce front populaire solide, vous devez contrecarrer toutes les manœuvres politiciennes et tentatives de déstabilisation de nos rangs par des interprétations erronées ou en opposition aux préceptes de notre religion. Vous devez également, grâce à ce front populaire solide, faire face à tous les fléaux et en premier lieu la corruption et la drogue qui rongent notre économie et notre société.

Dans le cadre de cette mobilisation nationale, je vous exhorte tous, enfants de notre chère patrie, à prendre exemple sur l'élite  de notre société, les éléments l'Armée nationale populaire (ANP), digne héritière de l'Armée de libération nationale, et les éléments des forces de sécurité qui consentent quotidiennement des sacrifices pour la sauvegarde de l'intégrité et la souveraineté de notre territoire national et la préservation de la sûreté et de la sécurité de notre peuple et de ses biens.

A l'occasion de cet anniversaire, je souhaite rendre hommage, en votre nom et en mon nom personnel, aux membres de l'Armée nationale populaire (ANP) et aux forces de sécurité qui continuent à donner leurs vies pour la lutte contre le terrorisme odieux jusqu'à son éradication avec l'aide du Tout puissant, et m'incliner à la mémoire des martyrs du devoir national.

Mesdames, Messieurs,

En vous adressant ce message à la veille de l'Aïd El-Adha, j'aimerais adresser à tous mes chers compatriotes en Algérie et à l'étranger mes vœux les meilleurs et souhaiter également à nos Hadjis un pèlerinage agréé par Allah et qu'ils l'accomplissent dans les meilleures conditions et retrouvent les leurs sains et saufs.

Gloire à nos valeureux martyrs

 

Vive l'Algérie".