Prix Président

Prix du Président de la ville verte : pour une culture des villes amies de l’environnement et plus de surfaces vertes

 

La Ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, Madame Fatéma ZEROUATI a affirmé, ce lundi 2 juillet 2018 à Alger, que l’installation des bases d’une culture des villes amies de l’environnement et l’augmentation, en leur sein, des espaces verts et de loisirs, ainsi que l’augmentation de la part du citoyen en surface verte sont autant de priorités auxquelles se consacre son secteur en vue de leur mise en œuvre.

Etaient présents lors de ce rendez-vous préparatif de la 1re édition du Prix du Président de la République de la ville verte, Messieurs Abdelkader BOUAZGUI, Djamel KAOUANE, Abdelakader BENMESSAOUD et Abdelkader ZOUKH, respectivement Ministres de l’Agriculture et du Développement rural, de la Communication, du Tourisme et de l’Artisanat et Wali de la Wilaya d’Alger, outre des acteurs de l’environnement, des élus locaux et des invités diplomatiques et institutionnels.

Durant son intervention lors de la rencontre sur la 1re édition du Prix du Président de la République de la ville verte, la Ministre a indiqué que l’extension des surfaces vertes en milieu urbain a des répercussions multiples positives sur le cadre de vie du citoyen, insistant sur l’importance de leur généralisation et d’œuvrer à leur préservation, ainsi qu’à améliorer la part de ces surfaces vertes qui échoit à chaque citoyen.

L’investissement, selon l’intervenante, dans les parcs urbains et les surfaces vertes, ainsi que les points d’eau sont un moyen efficace et économique pour améliorer la santé publique et pour réduire les effets du changement climatique.

Et la Ministre d’ajouter, à ce titre, que pour atteindre cet objectif, il y a lieu d’activer une stratégie locale qui garantisse l’équilibre environnemental et esthétique des villes, ainsi que sa promotion en villes vertes à travers des activités amies de l’environnement, et ce, en impliquant la société civile.

Madame Zerouati a précisé, par ailleurs, que le Prix du Président de la ville verte a vocation à créer concurrence et émulation entre les villes en vue d’asseoir une culture des surfaces vertes de loisirs et d’améliorer la part verte qui échoit à chaque citoyen, de même la promotion de l’esprit du développement durable.

La Ministre a tenu, dans sa lancée, à préciser que l’initiation d’une telle distinction démontre que le cadre de vie du citoyen est devenu une priorité, indiquant que les efforts consentis afin d’augmenter la part citoyenne en surfaces vertes ont fait que cette part est passée de 1m2 par habitant à 5 m2, une performance qui reste en dessous de la moyenne, puisqu’il s’agit d’arriver à la norme internationale qui est de 10m2 par habitant.

Cela dit, il est recensé, selon Madame Zerouati, 224 millions m2 de surfaces vertes à fin 2017, contre 80 millions m2 en 2014.

Le Prix du Président de la République de la ville verte est décerné annuellement à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’arbre qui coïncide avec le 25 octobre de chaque année. Le prix est décerné à une seule ville lors d’une cérémonie présidée par le responsable du secteur, la récompense consistant dans un chèque de 10 millions de dinars en plus d’autres cadeaux d’encouragement.

Le Ministre de l’Agriculture a considéré que ce prix a vocation et pour effet de valoriser les efforts consentis en matière de préservation de l’environnement, indiquant que le tissu vert urbain joue un rôle essentiel dans les efforts d’intégrer la biodiversité dans les zones urbaines.

Le Ministre de la Communication, pour sa part, a affirmé que la question environnementale est l’objet d’un grand intérêt de la part de son secteur, indiquant le rôle des acteurs médiatiques et de la communication, audiovisuels, multimédia et écrits, publics et privés, dans l’accompagnement des activités visant à préserver les fondements environnementaux et écologiques de notre pays.

Le Ministre du Tourisme et de l’Artisanat, quant à lui, a tenu à mettre en exergue le fait que ce prix a vocation à contribuer à la promotion de l’esprit de citoyenneté et dans le renforcement, à cet effet, des efforts de son secteur à concrétiser une véritable extension touristique qui contribue à réhabiliter le tourisme en Algérie.

En marge de cette rencontre, des interventions ont eu lieu, qui ont porté sur l’application de la loi sur les surfaces vertes en Algérie, de même qu’un film documentaire a été diffusé sur les surfaces vertes, réalisé par l’Institut national de formation à l’environnement et le Centre national de développement des ressources biologiques, outre une intervention qui a porté sur les perspectives des villes nouvelles et des projets environnementaux qui y ont été réalisés.

La rencontre a été couronnée par quelques recommandations, dont la plus importante a concerné la nécessité d’œuvrer à l’élargissement du mécanisme dans le domaine environnemental, de même l’élaboration d’une stratégie nationale effective des villes vertes, et l’encouragement de la société civile à contribuer dans l’œuvre de promotion et à travailler pour atteindre 10 m2 de surface verte par habitant.

Enfin, la rencontre a connu, la signature d’un accord de partenariat entre le Centre national de développement des ressources biologiques, l’Institut national de formation à l’environnement, et le Jardin d’Essais d’El Hamma autour du programme de renforcement et de développement des surfaces vertes.